Prévention de la délinquance

Prévention de la délinquance et de la radicalisation

 
 
Prévention de la délinquance (FIPD)

Le Secrétariat général du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CISPDR) a la responsabilité de coordonner au niveau national les activités de l’État relevant des différents programmes concernés par la prévention de la délinquance et de la radicalisation et produit un document de politique transversale  qui inclut treize programmes qui concourent à cette politique interministérielle, dont les suivants:

  • Justice: 101 – Accès au droit et à la justice, 107 – Administration pénitentiaire, 166 – Justice judiciaire, 182 – Protection judiciaire de la jeunesse
  • Enseignement supérieur: 150 – Formations supérieures et recherche universitaire, 231 – Vie étudiante
  • Sécurité: 152 – Gendarmerie nationale, 176 – Police nationale, 307 - Administration territoriale

Stratégie nationale de prévention de la délinquance 2014-2017

Bonnes pratiques   /   Guides pratiques   /   Outils du maire

index

Politique publique à part entière, la prévention de la délinquance repose sur une démarche partenariale globale et des approches individualisées. La stratégie nationale de prévention de la délinquance 2013-2017 , dont le renouvellement fait l'objet d'un approfondissement, se concrétise par la mise en œuvre de trois programmes d’actions à destination de publics cibles :
les jeunes exposés à la délinquance  : parce que les problématiques de la prévention de la délinquance des jeunes et de la prévention de la récidive font partie des préoccupations majeures
- les victimes de violences intrafamiliales ou au sein du couple  : parce que les questions de violences sont prégnantes et constituent l’un des premiers motifs d’intervention des forces de police et de gendarmerie.
- les habitants des quartiers parce que l’objectif de tranquillité publique  suppose de lutter contre le sentiment d’insécurité.

Plus d'informations : www.interieur.gouv.fr

Plan national de prévention de la radicalisation - Prévenir pour protéger

960x430_prevention_radicalisation

Pour protéger notre société, il nous faut continuer de lutter contre le terrorisme mais aussi prévenir efficacement la radicalisation. C’est le sens du plan  "prévenir pour protéger" qui formule 60 mesures , pour réorienter la politique de prévention selon 5 axes :

  1. Prémunir les esprits face à la radicalisation
  2. Compléter le maillage détection / prévention
  3. Comprendre et anticiper l’évolution de la radicalisation
  4. Professionnaliser les acteurs locaux et évaluer les pratiques
  5. Adapter le désengagement

Plus d'informations: www.gouvernement.fr


Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD)

Le financement de la prévention de la délinquance et de la radicalisation par l’État repose, pour partie, sur le FIPD, mais ne se limite pas aux seuls crédits accordés au titre de ce fonds: les collectivités locales et les services de l’État (préfecture, jeunesse et sports, cohésion sociale, droits des femmes et égalité, protection judiciaire de la jeunesse, services pénitentiaires, cour d'appel et tribunaux, Éducation nationale) cofinancent les projets d'actions territorialisés.

Des crédits du FIPD sont délégués à chaque préfet de département, sous le pilotage des préfets de région, en vue de contribuer à soutenir des actions par le biais de subventions. Ils se répartissent en trois programmes: D (délinquance) R (radicalisation) S (sécurisation).

Programme D - Prévention de la délinquance

Ce programme se décline en trois axes:

  • Actions à l'intention des jeunes exposés à la délinquance
  • Actions pour améliorer la prévention des violences faites aux femmes, des violences intrafamiliales et l'aide aux victimes
  • Actions pour améliorer la tranquillité publique

Sont éligibles: collectivités territoriales, bailleurs sociaux, opérateurs de transports, établissements publics, associations.

Programme R - Prévention de la radicalisation

Actions de prévention secondaire entrant dans le Plan national de prévention de la radicalisation "Prévenir pour protéger " et les plans d'actions de prévention annexés aux contrats de ville de Strasbourg eurométropole, Haguenau-Bischwiller-Kaltenhouse et Saverne.

Sont éligibles: collectivités territoriales, bailleurs sociaux, opérateurs de transports, établissements publics

Programme S - Sécurité

Ce programme se décline en 4 axes

  • Sécurisation des sites sensibles au regard des risques de terrorisme - en particulier: lieux de cultes, sièges d'institutions cultuelles, autres lieux à caractère cultuel sensibles.
    Sont éligibles: personnes morales publiques gestionnaires de site (hors État), associations cultuelles gestionnaires ou autres personnes morales à même finalité.
  • Sécurisation des établissements scolaires.
    Sont éligibles: collectivités territoriales gestionnaires d'établissements publics d'enseignement ainsi que les personnes morales, associations, sociétés ou autres organismes qui gèrent des établissements privés, qu'ils soient sous contrat ou non.
  • Équipement des polices municipales - en particulier: gilets pare-balles de protection, terminaux portatifs de radiocommunication, caméras-piétons.
    Sont éligibles: communes et EPCI.
  • Équipements de vidéoprotection de la voie publique.
    Sont éligibles: communes, EPCI, bailleurs sociaux, établissements publics de santé.

AVANT DE DEMANDER UNE SUBVENTION

Prenez connaissance de l'appel à projets et vérifiez votre éligibilité.

Pour toute question, vous pouvez contacter le service instructeur au sein de la direction des sécurités de la préfecture:
- par courriel à l'adresse pref-fipd@bas-rhin.gouv.fr
- par téléphone au 03 88 21 68 64

POUR DEMANDER UNE SUBVENTION
Toute demande de subvention, format CERFA, est à adresser simultanément :
- par voie électronique, sur la boîte fonctionnelle pref-fipd@bas-rhin.gouv.fr
- par voie postale à l’adresse suivante : Préfet du Bas-Rhin, Direction des sécurités, 5, place de la République, 67000 STRASBOURG