Mieux connaitre les personnes itinérantes dites "gens du voyage"

 
 
Lutte_contre_les_dicriminations

Le terme "gens du voyage" regroupe une multiplicité de populations, qu’elles soient d’origine rom (Manouches, Gitans, Tsiganes ou Roms d’Europe de l’est) ou non rom (Yenniches). Aujourd’hui, les 300 000 personnes que regroupe cette population sont à ⅓ sédentaires, ⅓ semi-sédentaires, et ⅓ nomades.

  • les gens du voyage sont issus de plusieurs groupes, possèdent très majoritairement la nationalité française, et ont un mode de vie à l’origine fondé sur la mobilité
  • les Roms migrants représentent environ 15 000 personnes et sont sédentarisés depuis plusieurs générations dans leur pays d’origine (Roumanie etBulgarie), qu’ils ont fui à cause des discriminations dont ils sont victimes et pour des raisons économiques. Ils recourent parfois à un habitat mobile en France à défaut d’autre solution.

Les gens du voyage et les Roms migrants sont victimes de nombreux préjugés et discriminations liées à leur origine. Selon le rapport 2011 de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, 10% des victimes de racisme en France sont tsiganes, Roms ou gens du voyage. Les populations les plus perçues comme des groupes à part dans la société française sont les Roms (77%) et les gens du voyage (72%). La résolution du Parlement européen de 2008 relative à la stratégie européenne à l’égard des Roms relève que ces derniers sont la cible "d’attaques racistes, de discours de haine, d’agressions physiques, d’expulsions illégales et de harcèlements policiers".

Source: Le défenseur des droits, Gens du voyage
Lien:  www.defenseurdesdroits.fr

Autres ressources:

Discours du président de la République à l'occasion de l'hommage national aux nomades internés 1940-1946, Montreuil-Bellay, 29 octobre 2016 : Le discours d'hommage (vidéo)  / Le texte du discours

Documentaire Des poules et des grosses voitures   d’Anna Pitoun et Valérie Mitteaux (2013 – 1h)

"Les gens du voyage ne sont pas français", "Ils ne veulent pas s’intégrer"… Tels sont les préjugés que le documentaire reformule sous forme de questions, auxquelles ont répondu sans tabous les personnes concernées. Loin des stéréotypes, ce travail délivre des témoignages forts et instructifs de femmes, d’hommes et d’enfants, discriminés au quotidien dans leur accès aux droits.

Documentaire Le chemin des limites, voyage au pays d'une catégorie administrative
commandé par la DIHAL dans le cadre de la réforme de la Commission consultative des gens du voyage.

La parole est donnée aux personnes dites gens du voyage. Catégorie administrative crée en 1969 et reléguant des français itinérants à un apartheid administratif qui plonge ses racines au début du XXème siècle et bien avant …
"Ça fait longtemps que nous sommes ici déjà nous. Il n’y a pas d’électricité, il n’y a pas de l’eau, il n’y a rien du tout. Il n’y a que deux mois qu’ils ont posé un robinet pour tout le monde ici"… témoigne Marie habitante du lieu dit le chemin des limites, petit village d’environ 200 personnes, organisé le long d’une route forestière non loin de Bordeaux.
Ce film revient sur l’histoire du carnet anthropométrique institué en 1912 pour ficher les familles nomades, la mémoire de l’internement et des stigmates qu’ils ont laissés sur les familles après la guerre jusqu’à aujourd’hui, entre autre dans le logement et l’inconscient collectif national.

A consulter :