Schéma départemental d'accessibilité des services au public

Epidémie de Coronavirus Covid-19 dans le Bas-Rhin

Le point sur la situation locale, les recommandations, les mesures sanitaires pour protéger la population et les mesures de soutien aux entreprises

> Voir l'article

Le Schéma départemental d’Amélioration de l’accessibilité des Services au Public (SDAASP)

 
 
Le Schéma départemental d’Amélioration de l’accessibilité des Services au Public (SDAASP) , issu de la loi NOTRe du 7 août 2015, est un véritable document cadre stratégique, il décline pour une durée de 6 ans un programme d’actions départementales visant l’amélioration de l’accessibilité des services au public.
Sous le copilotage des Préfet de département et Président du Conseil départemental, il a associé à son élaboration tous ceux qui font la vie d’un territoire et contribuent à l’offre de services.

Le préfet l’a arrêté le 14 janvier 2020. Une convention de mise en œuvre des actions inscrites au schéma passée entre les partenaires, chacun dans la limite de ses compétences, lui est par ailleurs associée.

Outre six axes départementaux identifiés de manière à répondre aux enjeux saillants du diagnostic, trois axes interdépartementaux, communs avec le Bas-Rhin, ont été définis.

 

Ils ont été déclinés en actions, dont certaines peuvent être données en exemple :

- la coordination et la mutualisation de services (exemple : France Services),

- la facilitation de l’accès de tous aux services (exemple : réseau d’écrivains publics),

- la confortation de l’offre de santé (exemple : contrats locaux de santé incluant un volet médico-social),

- l’adaptation des territoires à l’avancée en âge de la population (exemple : Maisons des Aînés),

- la coconstruction du parcours éducatif (exemple : Projets Educatifs Partagés et Solidaires),

- le renforcement de l’attractivité des territoires (exemple : accueil universel  dans les équipements culturels),

- la confortation du maillage de services et d’équipements (exemple : expérimenter les services itinérants),

- la lutte contre la fracture numérique (exemple : accompagner les publics fragiles vers l’inclusion numérique),

- le développement des territoires connectés et attractifs (exemple : développer les déplacements doux).