Territoires

Réaménagement des voies rapides urbaines de Strasbourg : signature du contrat partenarial de projet

 
 
Réaménagement des voies rapides urbaines de Strasbourg : signature du contrat partenarial de projet

Le 3 juillet a été signé entre l’Etat et l’Eurométropole de Strasbourg, la Région Grand Est et le Département du Bas-Rhin, un contrat inédit scellant un partenariat institutionnel autour du déclassement puis du réaménagement en un vaste parc urbain des actuelles A35/A351, autoroutes urbaines traversant Strasbourg.

Ce contrat, rendu possible par la récente loi ELAN, héritier des Opérations d’intérêt national (Marseille Euroméditerranée, Bordeaux Euratlantique…), porte l’ambition de réinventer les paysages autour des voies rapides métropolitaines strasbourgeoises.

 

P1070963

Cette signature formalise dans le même temps le lancement d’un Atelier des Territoires, financé par l’Eurométropole, avec le concours de l’Etat. Il s’agit d’une démarche de concertation et de coconstruction qu’animeront au fil des mois les paysagistes-urbanistes de l’agence TER, lauréate du marché des études pré-opérationnelles. A l’issue de séries de rencontres avec les élus et des acteurs de l’aménagement (référents techniques des instances publiques), TER, emmenée par Henri Bava, Olivier Philipe et Michel Hössler, remettra ses préconisations début 2020.

 

Ce projet de réaménagement de l’autoroute et de ses abords est le premier de ce type et de cette envergure à l’échelle nationale : c’est une emprise de 560 hectares, équivalant à un linéaire de 27 km, qu’il s’agira de transformer, d’embellir, de rendre à la disposition des publics sous la forme d’espaces verts réservés à l’agriculture de proximité ou à des plantations arborées. L’espace dégagé par ce déclassement pourrait notamment permettre la plantation de plus d’1 million d’arbres, soit un stockage annuel de plusieurs millions de tonnes de CO².

 

Un tel projet va de fait conjuguer (a)ménagement des territoires, transformation des paysages urbains, mobilité, développement économique et qualité de vie. Il est doté d’une enveloppe d’1 M€ en études (200.000 € pour l’Atelier des Territoires de juillet à décembre 2019 ; 800.000 € pour les études pré-opérationnelles à partir de 2020) et d’une seconde enveloppe de 20 M€ de travaux prévoyant notamment, au titre du Contrat de Plan Etat-Région, la requalification de l’A35, à quoi s’ajoutent des travaux d’aménagement multimodal de l’axe A 351-RN4, cofinancés par l’Etat, la Région, le Département et l’Eurométropole.

 

Outre une baisse espérée des accidents (400 / an aujourd’hui sur cette seule portion de 27km), des encombrements, des pollutions atmosphériques et sonores, le réaménagement des A35/A351, combiné à l’ouverture concomitante de l’autoroute de  Contournement Ouest de Strasbourg (COScoefficient d'occupation des sols) d’ici 2022 et à de nouvelles mesures en faveur des mobilités, devra également s’accompagner d’une réduction de l’usage de la voiture individuelle dans les déplacements quotidiens.

 

La crise du climat oblige aujourd’hui à un changement « d’ère » : ce parc urbain et le bouquet de projets qui l’entoure en offrent une déclinaison concrète et opérationnelle.