Santé

Epidémie de Coronavirus Covid-19 dans le Bas-Rhin

Le point sur la situation locale, les recommandations, les mesures sanitaires pour protéger la population et les mesures de soutien aux entreprises

> Voir l'article

Coronavirus Covid-19 : la situation dans le Bas-Rhin au 31 mars

 
 

Les professionnels de santé du Bas-Rhin - et autour d’eux - la préfecture, l’agence régionale de santé et l’ensemble des services de l’État et des collectivités font bloc et sont mobilisés sans relâche pour gérer l’épidémie de Coronavirus Covid-19 et protéger la population.

 

La cellule départementale de crise Covid-19 se réunit quotidiennement sous le pilotage de la préfète pour faire le point sur la situation et prendre les mesures concrètes qui permettent de gérer l’épidémie.


Le bilan sanitaire dans le Bas-Rhin

Le virus circule activement dans le Bas-Rhin. 

Au 31 mars, date du dernier bulletin de Santé Publique France disponible1 , 963 personnes sont hospitalisées dans le Bas-Rhin, dont 254 en réanimation.

325 personnes sont d’ores et déjà sorties d’hospitalisation, leur état de santé ayant été considéré comme rassurant.

Depuis le début de l’épidémie, le nombre total de décès de patients déclarés par les établissements sanitaires du Grand Est s’élève à 180 en prenant en compte les personnes confirmées virologiquement positives au Coronavirus Covid-19 ainsi que les personnes non testées mais dont le décès est rapporté à une infection par Coronavirus.

112 personnes sont également décédées dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes du département.

Les autorités tiennent à témoigner de leur entier soutien aux familles et aux proches des personnes touchées par le virus.

1 Disponibles en ligne sur https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/carte-et-donnees



Le strict respect des mesures de confinement est indispensable

Plusieurs nouvelles mesures fortes, correspondant au passage au stade 3 de la gestion de l’épidémie, sont désormais applicables dans le Bas-Rhin comme dans l’ensemble du territoire national, conformément aux annonces du Président de la République le 16 mars. L’objectif est de contenir la progression du virus en limitant les contacts au strict nécessaire.

Jusqu’à nouvel ordre, les crèches, écoles, collèges, lycées et universités sont fermés ainsi que tous les lieux recevant du public qui ne sont pas indispensables à la vie du pays. Il s’agit notamment des restaurants, cafés, cinémas, discothèques.

Restent ouverts :

  • les banques,
  • les commerces alimentaires,
  • les débits de tabac presse,
  • pharmacies,
  • les stations services,

Ainsi que :

  • les lieux de culte (pas d’offices),
  • les services funéraires.

La liste complète des établissements pouvant rester ouverts est disponible sur :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichJO.do?idJO=JORFCONT000041723291

Depuis le 16 mars, des mesures de confinement doivent être respectées pour quinze jours minimum.

Des déplacements réduits et limités au strict nécessaire sont autorisés - sur attestation uniquement - pour :

En application de l’état d’urgence sanitaire, les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et uniquement à condition d'être munis d'une attestation pour :

  • Déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle, lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées sous forme de télétravail ou déplacements professionnels ne pouvant être différés.
  • Déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle et des achats de première nécessité dans des établissements dont les activités demeurent autorisées.
  • Consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés  ; soin des patients atteints d'une affection de longue durée.
  • Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants.
  • Déplacements brefs, dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile, liés soit à l'activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d'autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie.
  • Convocation judiciaire ou administrative.
  • Participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative

Restrictions supplémentaires dans le Bas-Rhin

Face au non-respect des mesures de confinement par une partie de la population, Josiane Chevalier, préfète de la région Grand Est et du Bas-Rhin a, par arrêté préfectoral du 20 mars , décidé de prendre des mesures contraignantes supplémentaires.

Ainsi, l’accès à l’ensemble des :

  • parcs,
  • jardins publics,
  • gravières,
  • forêts,
  • plans d’eau ,
  • berges,
  • aires de jeux,
  • parcours de santé
  • et terrains de sports urbains

est interdit dans l’ensemble des communes du Bas-Rhin dès ce vendredi 20 mars et jusqu’au 15 avril1 . Toute présence piétonne, cycliste et motorisée y est interdite.

Seules les personnes et véhicules dûment accrédités sont autorisés à pénétrer sur les lieux dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions.

Toute infraction sera verbalisée (135€ d'amende forfaitaire et 375 € en cas de majoration), non pas pour sanctionner mais pour protéger nos concitoyens.

1 Hors jardins familiaux ou ouvriers pour les seules nécessités liées aux cultures potagères et dans le strict respect des mesures barrières.



Par ailleurs, les modalités d'achats alimentaires sont encadrés dans le Bas-Rhin :

Les ouvertures dérogatoires de marchés strictement limitées

Conformément au décret du 23 mars 2020, les marchés sont fermés par principe mais peuvent bénéficier d’une autorisation d’ouverture dérogatoire accordée par la préfète.

Dans le Bas-Rhin, seules les demandes présentées par les maires de communes ne disposant pas de commerce alimentaire de proximité bénéficieront d’une dérogation. L’objectif est de permettre aux habitants, qui ne disposeraient pas d’autre solution à proximité de leur domicile, de s’approvisionner en produits alimentaires.

L’organisation des marchés qui bénéficient d’une dérogation devra garantir le respect des gestes barrières et des distances de sécurité.

Les commerces ambulants qui approvisionnent les habitants au plus près de leur domicile restent par ailleurs autorisés.

Les horaires des commerces alimentaires et des ventes à emporter limités

Les commerces alimentaires de détail ne sont désormais plus autorisés à ouvrir au public entre 20h00 et 06h00. La livraison à domicile et les drive restent autorisés.

De même, les restaurants et débits de boissons ne sont plus autorisés à faire de la vente à emporter entre 20h00 et 06h00. La livraison à domicile et les drive restent autorisés.

Télécharger ici l' arrêté du 25 mars 2020 .

Carte des lieux faisant Drive et/ou livraison dans le 67/68

 


Les services de l’État mobilisés pour trouver des solutions locales de matériel de protection

Face à la situation sanitaire critique à laquelle les personnels soignants font face avec courage abnégation dans le Bas-Rhin, les services de l’État se mobilisent pour pour faire émerger des solutions locales en matière de masques et de gel hydroalcoolique.

Une équipe interservices pilotée par l’Agence régionale de santé est chargée de coordonner les dons et achats de masques (entreprises, particuliers, etc) pour permettre de les attribuer à l’ensemble desprofessionnels de santé en fonction des besoins, à l’échelle régionale. Dès hier, 70 000 masques ont pu être distribués aux médecins, pharmaciens et infrmier(e)s du département grâce à la solidarité des entreprises, des administrations, des associations et des particuliers.

Les services de l’État travaillent par ailleurs activement à l’identifcation des entreprises et des clusters locaux susceptibles de réorienter leur production vers les masques.

Enfin, des solutions d’initiative locale s’organisent également sous le pilotage de l’État pour la fabrication de gel hydroalcoolique en quantité.



Organisation de la réponse sanitaire pour faire face à l’augmentation du nombre de cas

La priorité est de garantir une bonne prise en charge des personnes malades.

Les cas graves sont pris en charge en établissement de santé. Dans les autres situations - cas non sévères et sans facteur de risque - les patients font l’objet d’un confinement et d’un suivi à domicile.

L’ensemble des établissements de santé du territoire, publics et privés, ont été mis en alerte afin d’assurer la prise en charge hospitalière de l’ensemble des patients adressés après appel au centre 15. Les établissements sont fortement mobilisés, bien équipés, dotés de personnels compétents pour accueillir les patients.

Les équipes du SAMUService d'aide médicale urgente, en tension, ont été renforcées et s’organisent pour répondre aux appels. Elles s’appuient sur la solidarité et l’appel à des professionnels en renfort.

Les capacités de tests Covid-19 ont été renforcées au sein des Hôpitaux universitaires de Strasbourg et vont être encore augmentées pour atteindre 300 à 400 tests par jour.

Les capacités de réanimation sont également en cours de renforcement, dans la cadre d’une démarche régionale globale qui vise à les augmenter de 60 % .

Les interventions non urgentes des établissements sont reprogrammées, de manière à accorder la priorité des prises en charge aux cas graves : c’est l’objet des plans blancs.

Les travaux sont engagés en concertation avec les représentants des médecins généralistes libéraux afin de définir les procédures de prise en charge à domicile des patients atteints du Covid-19 : une présentation de ces procédures, en cours de concertation, sera organisée le lundi 16 mars à l’attention de l’ensemble des médecins libéraux du Bas-Rhin. Les professionnels libéraux devant être protégés pour assurer cette prise en charge à domicile, des masques sont en cours de livraison et seront répartis d’ici mercredi.

Les établissements sociaux et médicaux sociaux sont également mobilisés. Les EPHAD mettent en œuvre les mesures nécessaires afin de protéger leurs résidents : les informations sur les conduites à tenir ont été largement relayées dans leurs établissements, auprès des résidents et des professionnels qui y travaillent. Le Conseil départemental et l’ARSAgence Régionale de Santé travaillent ensemble à les tenir informés et à assurer un suivi quotidien de la situation. Des mesures ont été prises en articulation étroite avec le Conseil départemental dans les établissements où des cas sont avérés (10 EPHAD sur un total de 138) : isolement des patients, confinement des professionnels concernés. Les visites sont désormais interdites, sauf exception et après accord de la Préfecture et de l’ARSAgence Régionale de Santé.

Le Conseil départemental a par ailleurs déclenché un plan de mobilisation de moyens humains et financiers en faveur des EPHAD, doté d’un fonds d’aide d’urgence d’1 million d’euros et comprenant notamment la constitution d’une réserve départementale de professionnels et des mesures facilitant la télémédecine dans les établissements les plus touchés.

Pour ce qui concerne les crèches, les situations sont analysées au cas par cas avec la protection maternelle et infantile du Bas-Rhin.

Les autorités tiennent à assurer de leur entier soutien l’ensemble des personnes touchées par le virus et saluent la mobilisation exceptionnelle de l’ensemble des professionnels de santé.

Par ailleurs, afin de ne pas saturer le Centre 15 ni les services de secours, les consignes suivantes doivent être respectées :

  • si vous présentez des symptômes relevant du coronavirus : restez à domicile, et appelez un médecin avant de vous rendre à son cabinet. Vous pouvez également bénéficier d’une téléconsultation,
  • appelez le 15 uniquement si vos symptômes s’aggravent (difficultés respiratoires),
  • en cas d’autres symptômes ou de demande de conseil médical : contactez votre médecin traitant,
  • pour toute autre situation et information générale, notamment sur les mesures de confinement : appelez le numéro vert national au 0 800 130 000.