Chaleur et canicule au travail : les précautions à prendre

 
 
Chaleur et canicule au travail : les précautions à prendre

Pour limiter les risques d’accidents du travail liés à de fortes chaleurs, les employeurs doivent mettre en place une série de précautions afin de protéger les travailleurs les plus exposés.

Alors qu’une nouvelle vague de canicule s’annonce, le ministère du travail rappelle les précautions à prendre pour se protéger des fortes chaleurs au travail : 

L’employeur doit :

  • Assurer à ses salariés un approvisionnement régulier et facile d’accès en eau potable et fraîche.  Dans le bâtiment et les travaux publics, il doit mettre à disposition trois litres d’eau au minimum par jour et par salarié ;
  • Renouveler l’air de façon à éviter les élévations exagérées de température dans les locaux de travail fermés où les travailleurs sont appelés à séjourner,
  • Aménager les horaires de travail afin de limiter l’exposition des salariés aux températures les plus fortes de la journée, notamment lorsque les travaux sollicitent  un effort physique soutenu et/ou exposant à de très fortes températures : travaux en toiture, , exposition directe et prolongée au soleil ;
  • Reporter les tâches les plus pénibles, dès lors qu’elles ne présentent pas d’urgence ;
  • Dans le BTPBâtiment et travaux publics, mettre à disposition un local permettant l’accueil des salariés dans des conditions susceptibles de préserver leur santé et leur sécurité. À défaut d’un tel local, prévoir l’aménagement des chantiers afin de permettre la protection de leur santé et de leur sécurité.

 

En cas de déclenchement de la vigilance rouge dans un département, l’employeur doit réévaluer tous les jours les risques d’exposition pour chacun de ses salariés  en fonction de l’évolution de la température et de la nature des travaux considérés. Il doit ajuster les horaires et charges de travail, garantir l’alimentation en eau. Si les précautions prises sont insuffisantes pour garantir la santé et la sécurité des travailleurs, il doit suspendre l’activité. Il peut alors bénéficier du dispositif « intempérie » dans le bâtiment ou placer ses salariés en activité partielle. 

 

L’inspection du travail reste mobilisée pour vérifier que ces mesures de précaution sont bien appliquées notamment dans le secteur du BTPBâtiment et travaux publics, l’agriculture, la restauration, la boulangerie, les pressings, les blanchisseries, les transports.... Les services de santé au travail sont également en alerte pour aider les employeurs à prendre les mesures de prévention nécessaires.